Hépatite A, B & C

image hépatite A
image hépatite B
image hépatite C

L’hépatite A

Souvent sans symptômes, FAIS-TOI DÉPISTER !

L’hépatite A est une infection due au virus de l’hépatite A (VHA), qui se transmet habituellement par l’alimentation (aliments ou eau souillés par le virus). Dans certains cas, elle peut être transmise au cours de certaines pratiques sexuelles lorsqu’il y a un contact oro-fécal (entre l’anus d’une personne porteuse du virus et la bouche de son/sa/ses partenaire·s)  direct ou indirect : anulingus, doigt dans l’anus suivi d’un mauvais lavage des mains… Le VHA est cependant peu présent en Europe et reste donc une IST plutôt rare dans nos contrées, malgré une épidémie enregistrée en Belgique en 2017 chez les hommes qui ont des relations avec des hommes (HSH), groupe particulièrement à risque.

L’hépatite A est une maladie qui se guérit spontanément et avec laquelle on acquiert une immunité. Chez la plupart des personnes en bonne santé, le corps se débarrasse du VHA sans traitement médical et le virus ne provoque pas de maladie grave. Les morts liées au VHA sont rares.

Un vaccin très efficace existe contre l’hépatite A. Il est surtout recommandé aux personnes se rendant dans les régions du monde où le virus est répandu (Asie, Afrique, Amérique du Sud, et dans une moindre mesure Europe de l’Est), ainsi qu’aux hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes (HSH).

l'hépatite B

Souvent sans symptômes, FAIS-TOI DÉPISTER !

L’hépatite B est une infection sexuellement transmissible due au virus de l’hépatite B (VHB). Aujourd’hui, l’hépatite B est la deuxième cause de cancer au monde, après le tabac.
En Belgique, moins de 2% de la population est porteuse du virus. Environs 700 000 personnes ont développé la maladie et 70 000 d’entre elles sont porteuses du virus : sans qu’on sache pourquoi, le virus peut en effet rester dans l’organisme de certaines personnes.
Dans nos pays industrialisés, la transmission se produit surtout chez les jeunes adultes. La transmission est sexuelle dans 40% des cas et est liée à l’utilisation de drogues par voie intraveineuse dans 15 à 20% des cas.
L’hépatite B est une infection pouvant entraîner de graves complications. Toutefois, il existe un vaccin très efficace (entre 3 et 4 injections nécessaires) pour s’en protéger.

icon_1 icon_3 icon_4 icon_5


Modes de transmission

– fellation
– partage du matériel d’injection
– pénétration anale ou vaginale
– échange de salive (baiser, partage de verre, brosse à dents, linge de toilette) en période de primo-infection


Symptômes

Généralement, les symptômes de l’hépatite B apparaissent 25 jours à 6 mois après la contamination et sont souvent similaires à ceux de la grippe :
– perte d’appétit, nausée
– fièvre
– douleurs musculaires
– grande fatigue (symptôme le plus fréquent)
– jaunisse (dans 30 à 50% des cas chez l’adulte, rare chez l’enfant)

Dans pratiquement la moitié des cas, l’infection à l’hépatite B reste silencieuse et asymptomatique.


Conséquences si non dépistée et non traitée

Si l’infection à l’Hépatite B n’est pas traitée à temps, des complications graves peuvent survenir comme une hépatite chronique, une cirrhose, un cancer, une hépatite fulminante, ces deux derniers pouvant mener à la mort.

La co-infection hépatite B et VIH est courante et augmente le risque de complications (cirrhose, maladie du foie).


Dépistage

Seule une prise de sang permet de dépister le VHB. Plus de la moitié des personnes atteintes par ce virus ignorent qu’elles ont été infectées.

Le dépistage de l’hépatite B peut se faire dans les 4 à 8 semaines après la contamination, au cours de laquelle on ne ressent rien. Il se fait sur prescription par le médecin traitant dans un laboratoire d’analyse ou tout autre centre de référence.

Le virus de l’hépatite B peut également disparaître de lui-même : tu es alors immunisé.e. S’il ne disparaît pas, tu es porteur.euse et tu peux transmettre le virus. Pense donc à prévenir ton/ta/tes partenaire·s ainsi que ton entourage  de se faire dépister et traiter !

 


Traitement

Comme pour l’hépatite A, la plupart des adultes en bonne santé peuvent éliminer le virus de l’hépatite B de leur corps sans avoir besoin de traitement. Chez les personnes qui n’y parviennent pas, 5 à 10% des adultes développeront une hépatite chronique qui peut entraîner de graves complications.

Si elle est diagnostiquée à temps, l’hépatite B peut se traiter à l’aide d’antiviraux.


Protection

Pour se protéger de l’hépatite B, plusieurs solutions existent :

Vaccination

Un vaccin gratuit et très efficace est proposé en Belgique en même temps que les autres vaccins pour nourrisson. Quatre injections garantissent une immunité à vie.

Les adultes peuvent également se faire vacciner par après, moyennant deux injections, à condition de ne pas avoir déjà été en contact avec le virus.

Plus d’infos sur le vaccin contre l’hépatite B sur le site www.vaccination-info.be

Mesures d’hygiène

Pour minimiser les risques de contamination
– utiliser un préservatif (interne ou externe) et une digue dentaire (pour le sexe oral)
– utiliser un matériel d’injection stérile
– éviter les contacts avec le sang contaminé
– ne pas partager brosse à dents, matériel de manucure, rasoir, etc.
– éviter les échanges de salive

Les symptômes de l’hépatite B peuvent passer inaperçus : il faut donc te faire dépister, te protéger et protéger ton/ta/tes partenaire·s après une prise de risque.

L’hépatite C

Souvent sans symptômes, FAIS-TOI DÉPISTER !

L’hépatite C est une infection sexuellement transmissible due au virus de l’hépatite C (VHC). Maladie silencieuse et discrète, elle attaque les cellules du foie et se transmet par le sang.
Aucun vaccin n’existe contre l’hépatite C, mais différents traitements existent, en fonction du type de virus et de la sévérité des dommages au foie. Une hépatite C peut devenir chronique si elle n’est pas traitée, et provoquer des cirrhoses du foie, ou des cancers.
Aujourd’hui, l’hépatite C contamine et tue 4 fois plus que le VIH/SIDA à travers le monde. L’injection de drogues par voie intraveineuse est la première cause de transmission de l’hépatite, avant les relations sexuelles.
En Belgique, on compte près de 70 000 personnes infectées par l’hépatite C. 300 personnes meurent, chaque année, en Belgique alors qu’il existe un traitement efficace.

icon_1 icon_3 icon_4 icon_5


Modes de transmission

Tu peux attraper le virus de l’hépatite C (VHC) lorsque le sang contaminé d’un.e porteur.euse  entre directement en contact avec ton sang. Le sang est le seul liquide contaminant transmettant l’hépatite C.

Façons les plus courantes d’être infecté·e

– Partage du matériel d’injection contaminé (seringue, cuillère, filtre, eau, coton, tampon,…). Faire bouillir, brûler ou rincer le matériel avec de l’eau de javel ne protège pas contre une infection !
– Partage de matériel de tatouage et de piercing contaminé (aiguilles ou autres objets pointus, encres et pistolets à tatouage).
– Transfusion sanguine ou hémodialyse dans des pays avec une surveillance médicale limitée. En Belgique, tous les produits médicaux en contact avec du sang sont systématiquement contrôlés contre l’hépatite C et l’hépatite B depuis 1990 !

La durée de vie du virus de l’hépatite C à l’air libre est de plusieurs jours.

Autres façons d’être infecté·e

– partage de pailles pour sniffer
– partage de matériel hygiénique comme un rasoir, une brosse à dents, un coupe-ongles ou une tondeuse, qui peuvent provoquer de petites lésions (coupures, éraflures, etc.) transmettant du sang contaminé
rapports sexuels non protégés, ou traumatiques et/ou incluant la présence de sang (fisting, règles, lésions, etc.)
– contact avec des éclaboussures de sang ou avec le sang via une plaie ouverte.
– transmission de la mère à l’enfant


Symptômes

L’hépatite C est une maladie silencieuse, souvent sans symptômes. Cependant, chez certaines personnes, quelques manifestations de la maladie peuvent apparaître, qui peuvent être le signe d’une maladie sévère du foie :
– fatigue
– perte d’appétit
– nausées
– vomissements
– douleurs abdominales

L’apparition de ces symptômes est très variable et peut aller de 2 à 26 semaines.


Conséquences si non dépistée et non traitée

Même si on se sent en bonne santé, l’hépatite C peut endommager le foie. Dans certains cas, des complications graves peuvent survenir comme une hépatite chronique, une cirrhose, un cancer, une hépatite fulminante, ces deux derniers pouvant mener à la mort.


Dépistage

L’hépatite C ne présente souvent aucun symptôme. Le dépistage est donc essentiel à la détection du virus.
Cette détection se fait par prise de sang et/ou test rapide. Elle peut se faire 8 ou 9 semaines après la contamination. Le dépistage se fait sur prescription par le médecin traitant dans un laboratoire d’analyse ou tout autre centre de référence.

On peut également mesurer la quantité de virus dans le sang pour estimer le stade de l’infection et définir les conditions du traitement.

Questionnaire pour savoir si tu dois te faire dépister:


Traitement

Différents traitements existent contre l’hépatite C. La nature et la durée du traitement sont déterminées avec le médecin, en fonction du type d’hépatite C qui t’affecte et de la sévérité des dommages au foie.
La plupart des gens peuvent être guéris avec les traitements actuels. Cependant, tu peux toujours te faire réinfecter si tu reprends des risques par la suite !
Depuis le 1er janvier 2019, le traitement contre l’hépatite C est remboursé pour toutes les personnes infectées, même à un stade précoce de la maladie (auparavant, ce ne l’était que lors d’un stade avancé).


Protection

Il n’existe aucun vaccin contre l’hépatite C à l’heure actuelle !
Pour minimiser les risques de contamination, des mesures d’hygiène doivent être prises :
– utilisation de matériel d’injection stérile
– utilisation de ton propre matériel pour le sniff (à trouver en pharmacie ou demander conseil à une association active dans la réduction des risques)
– éviter d’entrer en contact avec du sang (tatouage et piercing avec du matériel non stérilisé…)
– utilisation d’un préservatif (interne ou externe) et d’une digue dentaire (en cas de sexe oral et s’il y a présence de sang)

Les symptômes de l’hépatite C peuvent passer inaperçus : il faut donc te protéger et protéger ton/ta/tes partenaire.s après une prise de risque !

Plus d’infos sur les hépatites

Carrefour Hépatites – Aides et Contact (CHAC) : www.hepatites.be
Institut de Santé Publique (ISP) : www.wiv-isp.be/fr/sujets-sante/hepatites
Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : www.who.int/mediacentre/factsheets/fr/#H
Hépatites Info Service : www.hepatites-info-service.org
Réseau hépatite C : www.reseauhepatitec.be