Prise de risque


Modes de transmission

Prendre un risque, c’est entre autres avoir des rapports sexuels (avec ou sans pénétration) non protégés, partager une seringue usagée ou du matériel de sniff, avoir un contact avec une lésion, etc.

Vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif des pratiques à risques pour chaque Infection Sexuellement Transmissible. N’hésitez pas à consulter la page de chaque IST pour avoir plus de détails sur les modes de transmission.


Que faire en cas de prise de risque ?

  • En cas d’urgence

Contacter rapidement un médecin, un centre spécialisé ou un Centre de Planning familial. Avec ceux-ci, vous pourrez discuter et évaluer les risques éventuellement encourus.

 

Le Traitement Post-Exposition (TPE)

Dans les 48h (72h MAXIMUM) après une prise de risque, il est possible de se rendre aux Urgences pour demander un traitement d’urgence du VIH pour empêcher une éventuelle contamination au VIH/SIDA.

Plus d’infos sur le TPE : http://arcenciel-wallonie.be/web/acw/infos/94-sida–le-traitement-post-exposition.html

 

À propos de la Pilule du lendemain

Il s’agit d’une contraception d’urgence (en cas d’oubli de pilule, rupture du préservatif, …) à prendre dans les 5 jours MAXIMUM après un rapport à risque.

Elle permet d’éviter une grossesse non prévue.

ATTENTION : La pilule du lendemain ne protège en rien des IST !

 

  • Au quotidien

L’auto-examen

S’il ne se suffit pas à lui-même, l’auto-examen permet néanmoins de vérifier par soi-même la présence d’une éventuelle IST. Soyez attentif·ve au moindre signe anormal au niveau de tes parties génitales, telles que des odeurs ou écoulements anormaux, des démangeaisons, des boutons, des rougeurs, etc. Si c’est le cas, n’hésitez pas à consulter un médecin au plus vite pour effectuer un dépistage.

 

  • Penser régulièrement au dépistage

Plusieurs types de dépistage peuvent être proposés : examen clinique, prise de sang, frottis vaginal, anal ou buccal, ou encore prélèvement urinaire.


Conséquences si non dépistées et non traitées

La plupart des IST ne se guérissent malheureusement pas d’elles-mêmes. Par contre, il existe des traitements efficaces qui évitent de les transmettre, stoppent leur évolution et/ou permettent de guérir. Si elles sont négligées, les IST peuvent provoquer des complications, plus difficiles à traiter, et entraîner des conséquences, telles que : stérilité, cécité, démences, cancers, voire la mort.

  • Surtout, ne pas se soigner tout·e seul·e ! Ne pas utiliser de pommade, de désinfectant ou d’antibiotiques sans avis médical.
  • Suivre le traitement jusqu’au bout. Respecter la dose et la durée du traitement prescrit pour se soigner le plus efficacement possible.
  • Pendant le traitement, continuer à utiliser un préservatif avec votre/vos partenaire·s.
  • Il est important de vérifier avec votre médecin si le traitement prescrit est efficace.
  • Prévenir votre/vos partenaire·s. Il est essentiel que tout le monde soit dépisté et traité à temps pour limiter les risques de réinfection.
  • Une fois guéri, continuer à se protéger : à part pour les hépatites A et B, il n’existe pas de vaccin pour les IST. Une nouvelle infection est donc toujours possible !