VIH/SIDA

Souvent sans symptômes,

FAIS-TOI DÉPISTER !

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est une infection sexuellement transmissible infectant l’homme et responsable du syndrome d’immuno-déficience acquise (SIDA). Au stade SIDA, le virus affaiblit le système immunitaire le rendant vulnérable à de multiples infections opportunistes. Ainsi, le VIH/SIDA reste une maladie mortelle si elle n’est pas traitée.

Le VIH/SIDA est aujourd’hui considéré comme une pandémie ayant causé la mort d’environ 25 millions de personnes depuis son apparition en 1981.

Bien qu’il existe des traitements antirétroviraux luttant contre le VIH et retardant par conséquent l’apparition du stade SIDA, il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin ou traitement permettant de guérir.

Aujourd’hui on parle de prévention combinée – une sorte de boîte à outils pour éradiquer le VIH: les dépistages et les traitements sont utilisés pour prévenir et éradiquer le VIH.

icon_1 icon_3 icon_4 icon_5


Modes de transmission

Le VIH/SIDA se transmet :

– par le contact entre un des liquides contaminants d’une personne infectée (sang, liquide séminal, sperme, sécrétions vaginales ou lait maternel) et des muqueuses* ou une plaie ouverte

– lors d’utilisation de matériel d’injection déjà utilisé

– lors de la grossesse, l’accouchement et l’allaitement (transmission mère-enfant) sauf si sous traitement

*Muqueuses : parois très fines et fortement vascularisées présentes dans les orifices (vagin, anus, nez, gorge, oreille, œil) et autour du gland.

Entre 2 et 8 semaines après la contamination, le virus, très actif, se multiplie dans le corps. C’est durant cette période qu’il est le plus facilement transmissible à ton/ta/tes partenaire·s.

 


Symptômes

Généralement, les symptômes du VIH/SIDA apparaissent entre 2 et 8 semaines après la contamination :

– Fatigue extrême, perte d’appétit, perte de poids inexpliquée, diarrhée, sueurs nocturnes

– Ganglions (aisselles, cou, aines)

– Fièvre, douleurs musculaires, éruptions cutanées.

 

Après cette primo-infection, la personne porteuse du VIH ne ressent aucun symptôme alors que le virus continue de se développer dans son organisme.

Pendant plusieurs années, l’infection par le VIH ne se manifeste pas. Puis, la maladie – le stade SIDA – apparaît. À son stade avancé, elle peut entraîner des complications graves dues à la baisse des défenses immunitaires : ce sont des infections opportunistes et des cancers.


Conséquences

Si l’infection au VIH/SIDA n’est pas traitée à temps, des complications graves peuvent survenir comme diverses infections, risque de cancers et de maladies cardiovasculaires plus importantes, voire la mort.


Dépistage

Le dépistage de VIH/SIDA se réalise :

– via une prise de sang

– via un test rapide.

 

Il existe des centres spécialisés pour le dépistage du VIH/SIDA.

Ton/ta/tes partenaire·s doit·vent également être dépisté·e·s et traité·e·s !

 


Traitement

À l’heure actuelle, le VIH/SIDA ne se guérit toujours pas et reste une maladie mortelle.

Il existe néanmoins un traitement freinant l’évolution du virus vers le stade SIDA : ces médicaments permettent de ralentir l’évolution de la maladie et de prévenir l’apparition des diverses infections. Ce traitement, appelé trithérapie, ou traitement antirétroviral, entraine une augmentation de l’espérance de vie des personnes séropositives mais pas leur guérison.

 

Le/la/les partenaire·s doit·vent également être dépisté·e·s et traité·e·s pour éviter une propagation du virus et surtout leur permettre de se soigner et d’éviter ainsi les complications dues aux diverses infections qu’il·s/elle·s pourrait·ent contracter.

Si tu as pris un risque avéré, il existe également un traitement d’urgence, appelé TPE, à prendre au plus tard 72 heures après le risque.

Rends toi dans le centre de référence sida le plus vite possible (48h à 72h).


Protection

Les symptômes du VIH/SIDA peuvent passer inaperçus: il faut donc te protéger et protéger ton ou ta partenaire après une prise de risque !

 

Pour se protéger du VIH/SIDA, il faut:

utiliser un préservatif (externe ou interne), une digue dentaire et un gant

utiliser un matériel d’injection stérile

ne pas partager brosse à dents, rasoir, matériel de manucure

 

Pour réduire les risques de microfissure, n’oublie pas le lubrifiant.

Pour les personnes séronégatives souvent exposées à un risque d’infection au VIH, il existe un traitement préventif appelé PreP. Pour profiter de ce moyen de prévention, rendez-vous dans un centre de référence sida.
Pour les femmes séropositives enceintes, il existe un traitement pour protéger l’enfant (2% de risque de transmission mère-enfant).

preservatif_externe
preservatif_interne
gant
digue_dentaire